top of page

Brésil : une enquête pour "génocide" ouverte après la mort d'une centaine d'enfants Yanomami


(c) sergio souza


  • L'armée brésilienne a décidé d'acheminer de l'aide humanitaire pour la population Yanomami, dans le nord-ouest du pays.

  • Frappé par la malnutrition et les maladies, ce peuple fait face à la destruction de la forêt tropicale.

  • Une enquête pour "génocide" sous l'administration Bolsonaro a été ouverte.

Le président brésilien a décrété l'état d'urgence humanitaire pour les autochtones Yanomami. Ce peuple de 30.400 âmes, de 120 communautés différentes, vit sur un territoire indigène, à cheval sur les États Roraima et Amazonas, et équivaut à peu près à la taille du Portugal. Selon Lula, qui s'est rendu sur place le 20 janvier dernier, la situation sanitaire y est "inhumaine". "Ce que j'ai vu m'a ébranlé. Je suis venu ici pour dire que nous allons traiter nos indigènes comme des êtres humains", a-t-il indiqué sur son compte Twitter après sa visite.


Depuis la reprise en charge des pouvoirs publics, les malades affluent à nouveau vers les hôpitaux et services sociaux où ils peuvent être soignés. Les Yanomami souffrent de malnutrition, de diarrhées et de diverses maladies infectieuses, comme le paludisme. En 2022, une centaine d'enfants de moins de cinq ans sont morts dans ce territoire isolé, le plus grand du Brésil, selon un décompte du ministère de la Santé.


+29% de décès en quatre ans

Le peuple est notamment victime de la politique de l'ex-président Jair Bolsonaro. En quatre ans seulement, sous son mandat, les chiffres officiels attestent d'une augmentation de 29% du nombre de décès chez les enfants par rapport aux quatre années précédentes. Deux causes à cela : l'orpaillage promu dans la région par le précédent gouvernement et le retrait des services de santé et sociaux dans ces terres censées être inviolables et où toute exploitation minière est censée être interdite.


L'extraction aurifère a empoisonné les rivières au mercure, détruit les sources d'eau, les sols et la faune et crée des bassins d'eau stagnante où pullulent les moustiques. Le contact avec les mineurs aussi a été violent. Outre les agressions physiques (viols et attaques armées), le simple contact de cette population à faible immunité avec des personnes extérieures a favorisé la propagation des virus.Génocide et crimes environnementauxÀ ce tableau déjà bien sombre, s'est ajoutée une démission tacite des services sociaux et de santé sous la présidence de Jair Bolsonaro. Des affections communes, comme la grippe ou l'anémie, y sont d'ailleurs devenues mortelles. La population avait tenté en vain d'alerter. Depuis 2019, 570 Yanomamis sont morts de maladies non traitées, selon les chiffres officiels. Un constat qui a poussé la police brésilienne à ouvrir une enquête pour "génocide" visant notamment l'administration de l'ex-président d'extrême droite.


Par ailleurs, le gouvernement de Luiz Inacio Lula da Silva a limogé 43 militaires de la Funai, Fondation nationale des peuples indigènes, qui avaient été nommés sous le précédent gouvernement et sont soupçonnés de n'avoir pas protégé les droits des peuples autochtones. L'enquête, qui vise des agents publics et des responsables du secteur de la santé dans le territoire indigène, portera également sur des allégations de crimes environnementaux et de détournement de ressources publiques.

 

(c) 2023, TF1 Info

https://www.tf1info.fr/international/video-bresil-une-enquete-pour-genocide-ouverte-apres-la-mort-d-une-centaine-d-enfants-indigenes-yanomami-2246301.html


Comments


Featured Review
Tag Cloud
bottom of page