top of page

La tentation antisémite de la diplomatie russe

Sergueï Lavrov, le ministre russe des affaires étrangères, multiplie les comparaisons nauséabondes entre Hitler et Zelensky, voire entre les nazis et les démocraties occidentales, au nom de leur soutien à l’Ukraine.

Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, participe à une réunion avec son homologue d'Eswatini (ex-Swaziland), à Mbabane, le 24 janvier 2023. [Handout | AFP]

Sergueï Lavrov dirige depuis 2004 la diplomatie russe, après avoir représenté durant les dix années précédentes son pays à l'Organisation des nations unies. Cette longévité, exceptionnelle dans la diplomatie contemporaine, témoigne de la confiance sans faille qu'accorde Vladimir Poutine à son ministre des affaires étrangères. Elle confère également à Lavrov une très riche expérience des relations internationales au plus haut niveau, au point qu'il a pu être décrit comme « le Talleyrand de la diplomatie russe » .


Le choc n'en a été que plus vif d'entendre désormais ce diplomate chevronné invoquer Hitler et les nazis pour mieux disqualifier les opposants à l'invasion russe de l'Ukraine. De fins connaisseurs des arcanes moscovites attribuent cette radicalisation verbale aux sanctions visant, depuis mars 2022, la belle-fille de Lavrov, installée dans un quartier huppé de Londres, où elle menait jusque-là grand train. Les raisons d'une telle escalade rhétorique importent cependant moins que la gravité des clichés antisémites ainsi recyclés par le chef de la diplomatie russe.


Lavrov n'a cessé de marteler sur la scène internationale que « l'opération militaire spéciale » – soit l'appellation officielle par la Russie de son invasion de l'Ukraine – visait à « dénazifier » ce pays et à y sauver la population russophone d'un « génocide » . Il ne faisait là que reprendre les formules provocatrices du président Vladimir Poutine lui-même lors du déclenchement de l'offensive russe.

« Hitler avait aussi du sang juif »


Mais il va encore au-delà lorsque, interrogé en mai 2022 par une télévision italienne sur les origines juives du président ukrainien, il rétorque : « Et alors, si Zelensky est juif ? Cela ne change rien à la présence d'éléments nazis en Ukraine. Il me semble qu'Hitler avait aussi du sang juif. » Et d'ajouter, « certains des pires antisémites sont juifs » . Le chef de la diplomatie russe reprend ainsi une fable conspirationniste en vogue dans les cercles négationnistes, fable qui, comme de coutume, continue de se diffuser malgré les démentis catégoriques de la recherche historique.


Une telle algarade provoque un tollé en Israël, où le directeur du mémorial de la Shoah, Dani Dayan, la qualifie de« délirante et dangereuse » . Le chef de la diplomatie israélienne, Yaïr Lapid, dénonce des « propos scandaleux, impardonnables, et une horrible erreur historique » , ajoutant que l'ambassadeur de Russie en Israël était convoqué pour des « clarifications » .


Sergueï Lavrov, loin de s'amender, persiste et signe dans un communiqué de son ministère : « Nous avons prêté attention aux déclarations anti-historiques du ministre Lapid, qui expliquent en grande partie la décision de son gouvernement de soutenir le régime néonazi de Kiev. L'histoire connaît malheureusement des exemples decollaboration entre nazis et juifs. » Affirmant que « l'Ukraine, soit dit en passant, n'est pas la seule dans ce cas » , les affaires étrangères russes accusent cette fois le président letton, Egils Levits, d'avoir des sympathies nazies, en dépit de ses origines juives.

Une nouvelle « solution finale »


Il y a une dizaine de jours, Lavrov lance une nouvelle diatribe contre les démocraties occidentales, qui, en soutenant l'Ukraine, se seraient lancées dans une « solution finale à la question russe » , comparable à l'extermination des juifs d'Europe par le régime nazi : « Tout comme Hitler a mobilisé et conquis la plupart des pays européens pour les lancer contre l'Union soviétique, aujourd'hui les Etats-Unis ont monté une coalition » dont l'objectif serait le même, la « solution finale à la question russe. Tout comme Hitler voulait résoudre la question juive, désormais les dirigeants occidentaux disent sans ambiguïté que la Russie doit subir une défaite stratégique » .


Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, juge « inacceptable et méprisable » cette instrumentalisation dela Shoah par son homologue russe, qualifiant de tels propos de « totalement déplacés et irrespectueux » pour les millions de victimes de l'Holocauste. Le porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby, considère pour sa part que ces allégations « sont tellement absurdes qu'elles ne méritent même pas d'y répondre » .


Les provocations du ministre des affaires étrangères russe doivent pourtant être prises très au sérieux, tant elles sont révélatrices de la paranoïa complotiste qui règne au sommet du pouvoir à Moscou. Elles s'inscrivent en outre dans un contexte de harcèlement d'Etat à l'encontre des institutions juives de Russie. Déjà, le grand rabbin de Moscou, Pinhas Goldschmidt, avait été contraint de se réfugier en Israël pour avoir refusé de soutenir l'invasion de l'Ukraine, invasion qu'il qualifiait au contraire de « catastrophe pour la Russie et pour les juifs russes » .


En juillet 2022, c'est l'Agence juive qui est menacée de liquidation par le ministère russe de la justice, semant le trouble dans l'ensemble de la communauté. Les griefs de l'administration n'ayant jamais été explicités, les audiences sur ce dossier sont régulièrement reportées, actuellement jusqu'à la fin du mois de février. Face à un tel acharnement, sans précédent depuis la chute de l'URSS, les déclarations du ministre Lavrov résonnent demanière sinistre à l'intérieur comme à l'extérieur de la Russie.


Nota bene : J'enseignerai à Kiev, durant tout le mois de février, les dimensions moyen-orientales du conflit en cours et c'est donc depuis l'Ukraine que j'adresserai mes prochaines chroniques.

 

(c) 2023, Le Monde

https://www.lemonde.fr/un-si-proche-orient/article/2023/01/29/la-tentation-antisemite-de-la-diplomatie-russe_6159708_6116995.html#xtor=AL-32280270-%5Bdefault%5D-%5Bios%5D



Comments


Featured Review
Tag Cloud
bottom of page