top of page

Namibie : Herero et Nama réclament un siège aux renégociations sur le génocide avec l’Allemagne

Un rapport récent des Nations unies souligne le statut juridique particulier des deux peuples aux yeux du droit international.

Le site du mémorial du génocide des Nama et des Ovaherero sur la péninsule de Shark Island, en Namibie, en avril 2023. HILDEGARD TITUS / AFP


Les Nama et les Herero, peuples de Namibie, ont réclamé jeudi 27 avril de participer directement et indépendamment du gouvernement namibien aux renégociations avec l’Allemagne de l’accord contesté sur le génocide conclu en 2021 entre les deux gouvernements.


Cette demande fait suite à un rapport récent de rapporteurs des Nations unies soulignant le statut juridique particulier des deux peuples aux yeux du droit international et rappelant que les mécanismes visant à réparer les crimes coloniaux doivent être élaborés avec les peuples autochtones.


« Nos demandes de réparations sont désormais entre les mains de l’ONU. Nous allons maintenant leur demander de veiller à ce que l’Allemagne respecte les obligations des Nations unies et des nations du monde », a déclaré le haut représentant des Herero, Mutjinde Katjiua, lors d’une conférence de presse dans la capitale namibienne Windhoek.


Premier génocide du XXe siècle

L’Allemagne fut responsable dans le pays d’Afrique australe de massacres des peuples Herero et Nama, que de nombreux historiens considèrent comme le premier génocide du XXe siècle. Au moins 60 000 Herero et quelque 10 000 Nama furent tués entre 1904 et 1908.


En mai 2021, après plus de cinq ans d’âpres négociations, l’Allemagne a reconnu avoir commis un « génocide » sur ce territoire qu’elle a colonisé entre 1884 et 1915 et promis une aide au développement de 1,1 milliard d’euros sur trente ans, qui doit profiter aux descendants des deux tribus.

L’Allemagne a souligné que cette aide sera versée sur « une base volontaire » et que l’accord n’est pas comparable à des « réparations ». De nombreux Namibiens ont rejeté l’accord, estimant que les descendants des Herero et des Nama n’avaient pas suffisamment été impliqués dans les négociations. Le montant négocié a également été jugé « insultant » par les représentants des deux peuples, qui réclament le versement de réparations.


 

(c) 2023, Le Monde

Comments


Featured Review
Tag Cloud
bottom of page