top of page
  • L'Obs

Pornographie, sexisme, racisme… un groupe WhatsApp réunissant magistrats et policiers visé par une i



Pornographie, sexisme, racisme… un groupe WhatsApp réunissant magistrats et policiers visé par une information judiciaire


Les applications de réseaux sociaux sur un smartphone, le 23 janvier 2023. (BEATA ZAWRZEL / NURPHOTO VIA AFP)


Des échanges vulgaires et insultants entre deux magistrats du parquet de Montauban et des policiers ont été découverts par la justice pendant une enquête pénale.


Photos pornographiques, propos sexistes et déclarations racistes. Des magistrats et policiers avaient été épinglés au début du mois de mai pour avoir échangé sur un groupe WhatsApp des messages d’une grande crudité dans l’exercice de leurs fonctions. Selon une information du « Parisien », le parquet de Montauban a ouvert le 26 mai dernier une information judiciaire pour « violation du secret professionnel et recel, violation du secret de l’enquête et de l’instruction et recel », mais aussi « tentative ou corruption de mineur de plus de 15 ans ».


Cette enquête a été ouverte contre X, précise « le Parisien », qui avait déjà révélé l’existence de ce groupe WhatsApp. Pourtant, plusieurs personnes occupant de hautes responsabilités pourraient être dans le collimateur de la justice. Sur le canal étaient en effet présents deux anciens magistrats du parquet local, aujourd’hui en poste dans d’autres juridictions, et plusieurs responsables policiers.


« Partager du fion à gogo » Le policier qui pourrait être à l’origine de la boucle, Julien B., est lui-même visé par une procédure. Le brigadier de 43 ans était jugé, le 11 mai dernier, pour « harcèlement », « faux en écriture publique » et « détournement de données à caractère personnel » à l’encontre de son ex-compagne, rapportait France 3 Occitanie. Il est soupçonné de l’avoir inscrite sur un site de rencontres et d’avoir fait venir un homme nu sur sa terrasse.

En saisissant son téléphone, les enquêteurs de la police judiciaire ont mis la main sur ce groupe WhatsApp, créé par le policier en janvier 2022. Son premier message, d’après « Le Parisien » : « Je fais le groupe afin de partager du fion à gogo. »

Selon les informations du quotidien parisien, il serait également question dans certains échanges de parties fines à Montauban et de la présence d’« ados ». « Est-ce réel ? Virtuel ? Un fantasme ? Ne pas vérifier aurait été anormal », soutient une source proche du dossier qui se dit « effarée par la teneur de ces conversations qui dépassent l’entendement ».


 

(c) 2023, L'Obs

https://www.nouvelobs.com/justice/20230613.OBS74476/pornographie-sexisme-racisme-un-groupe-whatsapp-reunissant-magistrats-et-policiers-vise-par-une-information-judiciaire.html




7 views
Featured Review
Tag Cloud
bottom of page