top of page

Natacha Polony n’a pas contesté le génocide au Rwanda, juge la cour d’appel de Paris

La cour d’appel de Paris a débouté deux associations réclamant des dommages et intérêts à la journaliste Natacha Polony, estimant qu’elle avait contesté le génocide au Rwanda. « Aucune faute civile n’est caractérisée », a estimé la cour d’appel dans son arrêt rendu ce 11 mai 2023.


L’animatrice et écrivaine Natacha Polony pose lors d’une séance photo au siège de BFM TV à Paris, le 8 décembre 2021. | JULIEN DE ROSA/AFP


La cour d’appel de Paris a débouté jeudi 11 mai deux associations qui réclamaient des dommages et intérêts à la journaliste Natacha Polony pour contestation du génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, une première en France.


Des propos tenus en 2018 sur France Inter

Aucune faute civile n’est caractérisée , a indiqué jeudi le président de la cour, confirmant le jugement de première instance, rendu le 20 mai 2022.


Le tribunal judiciaire avait alors également relaxé la journaliste des poursuites pénales à son encontre, une relaxe définitivement acquise, les parties civiles ne pouvant faire appel qu’à propos de leurs demandes de dommages et intérêts.


Les propos poursuivis ne caractérisent pas une contestation du crime de génocide , a estimé la cour dans son arrêt, consulté par l’AFP.


La directrice de la rédaction de l’hebdomadaire Marianne, présente au délibéré, était mise en cause pour des propos tenus le 18 mars 2018 sur France Inter.


Malheureusement, on est typiquement dans le genre de cas où on avait des salauds face à d’autres salauds […], il n’y avait pas d’un côté les gentils et de l’autre les méchants dans cette histoire , avait-elle déclaré.


Vif émoi

Ces propos avaient suscité un vif émoi et poussé l’association de soutien aux victimes du génocide rwandais Ibuka France à porter plainte avec constitution de partie civile, rejointe par le Mrap et l’Association communauté rwandaise de France. Seules les deux premières avaient fait appel.


Si les expressions utilisées ne peuvent qu’être difficilement ressenties par les victimes du génocide, elles ne caractérisent nullement une volonté de banaliser de façon outrancière son existence , argumente la cour dans son arrêt.


Elle souligne que lors de l’émission, Le Duel , Natacha Polony affirme à deux reprises la réalité du génocide et qu’elle n’est « pas en mesure de développer son argumentation et d’expliquer ses propos, ayant systématiquement été interrompue » par son interlocuteur, Raphaël Glucksmann, aujourd’hui député européen (Place Publique).


À l’audience, la journaliste avait expliqué que le terme salauds se référait aux dirigeants, non à la population, et aux « crimes du Front patriotique rwandais (FPR, majoritairement Tutsi) de Paul Kagame commis avant, pendant et après le génocide ».


Le tribunal judiciaire de Paris avait déjà conclu dans le même sens en mai 2022, estimant que voir dans les paroles de la journaliste une contestation de l’existence du génocide résultait « d’une extrapolation de (ses) propos ».



 

(c) 2023, Ouest France

https://www.ouest-france.fr/monde/rwanda/natacha-polony-na-pas-conteste-le-genocide-au-rwanda-juge-la-cour-dappel-de-paris-404f2a2c-f008-11ed-bc4b-ac1b06b7bf07

5 views

Comments


Featured Review
Tag Cloud
bottom of page